• Santé du futur,

Test en situation réelle

Le 14 janvier a commencé un des mois les plus importants pour notre projet. Le logement d'un membre de l'équipe est équipé pour 31 jours. Après la modélisation en réalité virtuelle, les objets ont pu être intégrés au domicile.

du 14 janvier 2019 au 20 janvier 2019

Comme nous avions pu l’expliquer dans les premiers articles, l’un des objectifs du projet SmartHealth est de réaliser un test en situation réelle dans le cadre du simulateur physique. Ainsi nous avons équipé le logement d’un des membres du groupe pour 1 mois. Pour pouvoir effectuer cette mise en situation nous avons dû récupérer plusieurs objets connectés. Ils proviennent de plusieurs entreprises comme iHealth Labs qui nous a prêté un glucomètre qui mesure le taux de sucre dans le sang, une balance, un tensiomètre pour récupérer la pression artérielle ainsi qu’un traqueur d’activité. Il y a aussi Garmin qui nous a fourni plusieurs montres pour mesurer le rythme cardiaque et évaluer le niveau de stress. Mais nous avons également acheté un thermomètre connecté qui permet de relever la température en continue, ainsi qu’un matelas sleep qui permet de suivre la qualité du sommeil.


Avant de commencer le test, nous avons d’abord dû déterminer les objectifs de cette mise en situation et les indicateurs que l’on voulait récupérer. Le but est donc de tester le concept de la maison connecté avec l’aide des objets récupérés, les solutions informatiques et de réalité virtuelle développées. Nous allons ainsi pouvoir évaluer la fiabilité, l’ergonomie de la maison connectée et le traitement des données. Lorsque les objectifs de la mise en situation ont été déterminés, un protocole décrivant les étapes à suivre et les règles à respecter a été rédigé afin de se rapprocher le plus possible du parcours d’un futur patient utilisant notre solution.


L’une des premières étapes est de faire de la conduite de changement afin de faciliter l'acceptation d’un habitat connecté. Cette transition est possible grâce à la réalité virtuelle. Ainsi  nous devons modéliser en 3D l’appartement de la personne volontaire. Une fois la modélisation effectuée nous pouvons placer les objets, qui seront utilisés dans la réalité, dans cet environnement 3D. Lorsque les objets sont insérés dans le monde virtuel, il faut immerger la personne dans celui-ci afin qu’elle interagisse avec les objets et pour qu’elle puisse appréhender son futur lieu de vie. Cette étape terminée, nous pouvons équiper le logement de la personne en positionnant les objets connectés comme nous l’avions défini dans le modèle 3D. Ainsi l’habitation de la personne volontaire a été équipé le 14 janvier.


Par conséquent nous avons pu commencer le suivi de la mise en situation en début de semaine. Ce suivi est important car il permet de s’assurer du respect des différentes règles d’utilisation et de répondre à de futurs problèmes qui pourraient survenir. De plus un journal de bord doit être tenu, il se présente sous la forme de vidéos où la personne volontaire doit donner son ressenti en fonction de l’évolution de la situation. Par ailleurs un live sera réalisé avec cette même personne afin qu’elle puisse répondre aux questions des internautes. Une date sera communiquée sur notre site ultérieurement.


Une fois que le test arrivera à son terme (le 14 février), un bilan sera effectué pour que la personne volontaire et les étudiants, suivant l’expérimentation, donnent leur sentiment par rapport à l’expérimentation afin d’enrichir notre réflexion sur l’éthique et d’optimiser le parcours patient. La déconnexion de l’habitation sera évidemment effectuée. Pour finir nous tenons à remercier encore une fois nos différents partenaires qui nous ont permis de réaliser ce test.

Publié le 18 janvier 2019 Mis à jour le 18 janvier 2019