• Santé du futur,
  • Partenariats,
  • Numérique,

Des entreprises au service du projet

Le projet SmartHealth est avant tout tourné vers le territoire nantais. A l'image du CHU, nous tissons des liens avec des partenaires qui soutiennent la maison connectée.

du 22 octobre 2018 au 28 octobre 2018

Que ce soit pour rencontrer des acteurs de la Health tech, travailler avec des professionnels spécialisés dans la gestion de la data, tisser des partenariats afin d’utiliser des objets connectés ou encore monter en compétence dans certains domaines techniques, les entreprises sont des acteurs essentiels pour le bon déroulement de notre projet.

Nous nous sommes tout d’abord donné pour objectif de travailler directement avec le réseau économique nantais, étant donné que le projet SmartHealth se veut avant tout ancré dans le territoire. Nous avons notamment tissé un partenariat industriel avec Altran, afin de développer les réseaux et les interfaces nécessaires à la gestion des données de Santé qui seront récoltées.

Par la suite, nous avons rapidement intéressé des sociétés françaises créatrices et productrices d’objets connectés, spécialisées dans la santé ou non, avec lesquelles nous avons échangé sur leur business model, les enjeux, les problématiques auxquelles elles doivent faire face et les opportunités d’avenir. Nous notons à présent que le domaine de la santé est pleinement pris en compte par un grand nombre de petites, moyennes sociétés et bien évidemment aussi par les géants.

Cet investissement des sociétés vers la Health tech coïncide avec la publication du Hype cycle of gartner de 2018, recensant les prochaines ruptures technologiques, où la maison connectée tient la première place en terme d’attente de marché et de croissance. Ces éléments expliquent donc l’importance de l’investissement dans la R&D et les moyens mis en oeuvre.

A l’échelle étatique, par exemple, il y a une reconsidération des enjeux et du potentiel de la maîtrise des données et de l’interconnexion entre les réseaux d’informations. Après avoir lu le rapport de mars 2018, dirigé par Cédric Villani, Donner un sens à l’intelligence artificielle, nous mesurons le potentiel humain et sanitaire qui est derrière une telle avancée technologique. Encore une fois, il faut se méfier des usages et prendre en compte tous les pans nécessaires à un projet comme le nôtre en matière de sécurisation, gestion et fiabilité de l’information.

À nous de prouver dès à présent que nous sommes bel et bien capables de créer un projet futuriste mais qui s’inscrit dans l’ère du temps. Nous parlerons des questionnements éthiques dans nos prochains articles.
Publié le 26 octobre 2018 Mis à jour le 29 octobre 2018